Les quatres légendes du rôle de manager selon Mintzberg

Mintzberg nous éclaire sur la véritable nature du travail de manager et sur la contradiction entre ce qui se passe réellement et ce qui est censé se passer au niveau du management dans les organisations. Il met en lumière 4 croyances sur le rôle du manager : la plupart des mangers pensent qu’ils planifient, organisent, coordonnent et contrôlent. Cependant, ce n’est pas le cas. 

Première légende : le manager est un planificateur systématique, réfléchi. Plusieurs études ont démontré que les managers enchainaient des tâches de très courtes durées avec très peu de réflexion. En effet, les managers passent sans arrêt d’un sujet à l’autre en répondant aux diverses sollicitations en temps réelles. Par exemple, une étude faite sur 160 managers montre qu’il n’avait la possibilité qu’une fois tous les deux jours de travailler sans interruption pendant un durée de 30 minutes.

Deuxième légende : le vrai manager n’a pas de tâches routinières à accomplir. Plusieurs recherches ont prouvé que l’agenda de la plupart des managers se remplit de participations à de nombreux événements routiniers de l’organisation. Effectivement, les managers ont de nombreuses obligations telles que la participation à diverses cérémonies, l’accueil de visiteurs, ou les discours pour communiquer de l’information.

Troisième légende : le manager a besoin d’informations agrégées, ce que seul un système d’information de gestion peut lui fournir. Les communications verbales représentent la principale source d’information des managers (entre 66% et 80% du temps des managers). La majorité des informations des managers sont informelles et uniquement stockées dans leur cerveau. C’est pourquoi les managers rencontrent des difficultés à déléguer et au fil du temps, leur charge de travail augmente sans cesse.

Quatrième légende : le management est une science et une profession. Il n’existe pas de formalisation possible unique du métier de manager. En effet, la personnalité du manager et son intuition exerceront une grande influence sur son management. Dès lors, l’intérêt de pratiquer le coaching cognitif et comportemental, plutôt que des formations standardisées est évident. Effectivement, le principal outil de travail du manager, c’est lui-même.

C’est pourquoi, travailler sur ses interprétations, ses biais cognitifs, ses croyances, ses forces et ses valeurs sont le meilleur moyen pour faire progresser un manager, pour qu’il prenne de meilleures décisions, et pour qu’il agisse de manière plus performante. C’est à votre tour de vous faire coacher. N’hésitez pas à me contacter en message privé.

http://www.topcoaching.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :